Rejoignez nous sur Facebook
Dernière mise à jour
13/11/2017

Généalogie et histoire des migrations


Brève présentation


Suite à divers évènements et rencontres survenus depuis la création du cercle, nous avons créé cette page il y a maintenant trois ans. Et depuis, celle-ci est devenue la plus visitée de notre site internet. Le succès est tel que le Cercle est aujourd'hui affilié à la Fédération Française de Généalogie.

En plus des migrations bretonnes, nous avons élargi notre périmètre de recherches aux populations migrantes sur le territoire originaires du Royaume-Uni, d'Australie, de Nouvelle-Zélande et d'Amérique du Nord.

Que ce soit de Bretagne, d'Australie et même des Etats-Unis, vous avez été plusieurs à partager vos histoires pour alimenter nos rubriques et nous vous en remercions. Que ceux à qui nous n'avons pas encore pu répondre à leur demande de recherches nous excusent. La généalogie pratiquée sérieusement est une activité quasiment à plein temps et nous n'avons pour l'instant pas le temps matériel de nous y consacrer à ce point.

N'hésitez pas cependant à continuer à nous contacter pour nous faire part de vos questions, commentaires, remarques, voire vos témoignages au fur et à mesure de nos publications !


DESTINS DE FAMILLE

L'arbre généalogique en ligne d'Evelyne Henriot

L'année dernière, le quotidien "Les Nouvelles calédoniennes" a publié durant plusieurs semaines, une série d'articles hebdomadaires consacrée aux familles du territoire ayant un ancêtre bagnard dans leur arbre généalogique.

Pour un certain nombre d'entre elles, il n'était pas rare qu'un(e) aïeul(e) d'origine bretonne y figure.

Tel est le cas de l'arrière-grand-père finistérien de Gérard Salaün,organisateur du Tour cycliste de Calédonie ou du grand-père originaire de la région de Dinan d'Evelyne Henriot, institutrice retraitée et passionnée de généalogie. Des articles ont aussi été consacrés aux familles Tessier, Morandeau et Genet


The Mystery Man of Dorrit Street

Un article de la communauté historique du quartier de Carlton à Melbourne, Australie, qui raconte l'histoire de Louis Marie Joseph Hyppolite Mouraud, né à Guenrouët, dans la région de Saint Nazaire en 1877 d'un couple émigré par la suite en Nouvelle-Calédonie, et qui a fait souche dans la région de Voh.

"Louis Mainguy, morbihannais bagnard en Nouvelle Calédonie"

Marc Kermorvant du Cercle Généalogique Sud Bretagne Morbihan nous a très gentiment fait parvenir l'intégralité de son article concernant :


DES MINEURS DE CORNOUAILLES ANGLAISES DANS LE NORD CALEDONIEN

Un certain nombre d'actes de décès de la commune de Ouégoa et notamment ceux du district du Diahot entre 1870 et 1880, concernent des originaires du comté de Cornouailles anglaises. La plupart d'entre eux se disaient mineurs. Comment avaient-ils pu arriver jusque là ?

Un de leur descendants, résidant aujourd'hui à Sunnyvale en Californie, nous a écrit que suite à la parution de nos relevés généalogiques, il avait retrouvé les traces son arrière arrière grand-père qui avait quitté son village de Redruth aux alentours de 1870, laissant sa femme et ses 2 enfants, pour aller chercher de l'or aux-Etats-Unis. Celui-ci avait ensuite continué son périple vers l'Australie d'où sa famille avait perdu sa trace...jusqu'à ce qu'un de ses descendants découvre quelques décennies plus tard qu'il était décédé quelques part dans la vallée du Diahot.

Pour ceux qui auraient des ancêtres originaires d'Australie, de Nouvelle-Zélande, d'Amérique du Nord ou du Royaume-Uni, des relevés de mariages et de décès sont sur cette page


L'IMMIGRATION BRETONNE DES ANNEES 1873-74 DANS LE NORD CALEDONIEN

C'est aux archives de Nouvelle-Calédonie que nous avons rencontré des résidents australiens à la recherche de renseignements sur une de leurs ancêtres, Marie Anne Colléoc, née à Brest en 1867 et décédée à Nouméa en 1894. Celle-ci ayant fait souche en Nouvelle-Calédonie, ils se demandaient pourquoi et comment ses parents Michel Colléoc et Marie Anne Chapalan étaient arrivés sur le territoire.

Une page web consacrée à la descendance calédonienne d'Anne Marie Colléoc

Grâce aux cercles généalogiques du Finistère et du Poher, il a été facile de remonter l'ascendance bretonne du couple Michel Colléoc x Marie Anne Chapalan, tous deux natifs du Poher.

Fichier d'ascendance d'Anne Marie Colléoc

Nous ne savons toujours pas dans quelles conditions Marie Anne et ses parents ont émigré en Calédonie. La naissance d'un frère d'Anne Marie à Téoudié en 1874 nous ramènerait à une page de l'histoire calédonienne racontée dans l'ouvrage "Les oubliés de Gomen" publié par le SEH-NC.

Plus généralement, nous sommes à la recherche de toute information relative à la famille de Michel Colléoc et Marie Anne Chapalan depuis leur départ de Brest jusqu'à leur arrivée à Gomen


Du pays des abers à la côte Est de Nouvelle Calédonie, le parcours de Guillaume MARHADOUR, colon de Houailou

C'est lors d'une de nos interventions dans une école de Païta que nous avons rencontré une descendante de Guillaume Marhadour très désireuse d'en connaitre un peu plus sur son ancêtre.

Né le 1er avril 1835 à Lanarvily dans la région de Brest, de Goulven et Anne Toër, on ne sait pas comment et pourquoi Guillaume a quitté la Bretagne pour arriver sur le territoire.

Mais les dates de décès de ses parents et son lieu de naissance dans la région de Brest laissent supposer qu’il aurait été recruté sous contrat par la Compagnie de Nouvelle Calédonie en même temps que 400 autres familles essentiellement originaires de Bretagne et d’Alsace-Lorraine.

En effet, on trouve les premières traces de sa présence sur le territoire avec l'acte de naissance dans les registres de Houailou de son fils Léon avec une certaine Théo de la tribu de Nékoué, daté du 13 juillet 1876. Guillaume est alors "colon propriétaire à Mévégon".

Puis, il se marie le 04 octobre 1880 à Houailou avec Louise, née à Canala en 1863. Il décède le 15 mars 1887 à l'hôpital miltaire de Nouméa, laissant derrière lui une nombreuse descendance.

Fichier d'ascendance de Guillaume Marhadour


Les Bretons en Nouvelle-Calédonie

Merci à Charly du forum du CGF29 pour son envoi d'une copie de la très belle plaquette de cette exposition.

Article de Virginie Buisson, paru dans la revue "Hommes et Migrations" - "Bretagne, Terre d'immigration, n° 1260, mars-avril 2006" raconte aussi l'épopée de ces familles bretonnes essentiellemment finistériennes, pendant le second Empire. Cet article fait suite à l'exposition "Billet de passage" qui s'est tenue au cours de l'année 2001 à Brest et Nouméa.


Nous sommes aujourd'hui à la recherche de la liste des passagers des Trois-Mâts barques "Sumroo" armé par Tandonnet et frères et "Saint Marc" de la société Ballande partis de Bordeaux et arrivés dans les eaux calédoniennes en juin et juillet 1873.


Des Etats-Unis à Maré, en passant par l'Irlande et Tahiti, itinéraire d'une mélodie

Qui, en Calédonie, ne connait pas "Nengoné, Nengona", cette belle chanson traditionnelle de l'Ile de Maré que l'on apprend souvent dans les écoles du territoire ?

Peu de gens sûrement car il n'est pas rare de l'entendre durant des occasions festives.

Mais qui, sur le territoire connait l'histoire de cette chanson et plus particulièrement celle de la mélodie ?

Cet air si familier a, en fait, été composé et publié en 1866 aux Etats-Unis par un certain James Austin Butterfield, musicien anglais émigré à Chicago, qui avait mis en musique le poème qu'un instituteur canadien avait écrit suite au décès de sa femme, Margaret. La chanson s'intitulait alors "When You And I Were Young, Maggie".

La chanson fit rapidement le tour du monde pour devenir un classique du répertoire de chansons traditionnelles irlandaises ou du répertoire country américain, interprétée, entre autres, par Perry Como ou le grand ténor irlandais, John Mc Cormack..

Elle aurait atteint les rivages de Maré durant la seconde guerre mondiale. En effet, les soldats tahitiens du fameux "Bataillon des guitaristes" auraient appris une version reo ma'ohi aux soldats maréens alors que tous attendaient le bateau qui devait les emmener vers les champs de batailles en Europe. C'est durant cette période que les maréens en aurait fait une version en nengone, version que l'on entend dans l'extrait video ci-dessus.


RELEVÉS DES REGISTRES DU CENTRE DES ARCHIVES NATIONALES DE L'OUTRE-MER (ANOM) ET DES ARCHIVES TERRITORIALES DE NOUVELLE CALEDONIE

Nous avons commencé à entreprendre une campagne de relevés systématiques des registres d'état-civil de Nouvelle-Calédonie concernant les natifs des cinq anciens départements de Bretagne (Côtes du Nord, Finistère, Morbihan, Ille-et-Vilaine et Loire Inférieure). Nous mettrons en ligne ces relevés régulièrement mis à jour au fur et à mesure des saisies effectuées (dernière mise à jour le 03/09/2017).

Nos relevés parus dans "Kaier ar Poher", la revue mensuelle du Centre généalogique et historique du Poher (CGHP)

"Kaier ar Poher n°42" "Kaier ar Poher n°47" "Kaier ar Poher n°53"


Nos relevés parus dans "Racines 35", la revue mensuelle du Cercle généalogique d'Ille-et-Vilaine (CGIV)

Racines 35 n° 114 Racines 35 n° 116 Racines 35 n° 119 Racines 35 n° 122


Nos relevés en pdf

Décès d'originaires des 5 départements de la Bretagne historique en Nouvelle-Calédonie - Arama à Dumbéa
Décès d'originaires des 5 départments de la Bretagne historique en Nouvelle-Calédonie - Farino à Ile des Pins
Décès d'originaires des 5 départements de la Bretagne historique en Nouvelle-Calédonie - Ile Nou
Décès d'originaires des 5 départements de la Bretagne historique en Nouvelle-Calédonie - Kaala Gomen à Népoui
Décès d'originaires des 5 départements de la Bretagne historique en Nouvelle-Calédonie - Nouméa
Décès d'originaires des 5 départements de la Bretagne historique en Nouvelle-Calédonie - Oubatché à Wagap

Mariages d'originaires des 5 départements de la Bretagne historique en NC - Baie du Sud à Népoui
Mariages d'originaires des 5 départements de la Bretagne historique en NC - Nouméa
Mariages d'originaires des 5 départements de la Bretagne historique en NC - Oubatché à Voh

Notre campagne de relevés porte aussi sur les originaires des pays anglophones (Australie, Nouvelle-Zélande, Amérique du Nord et Royaume-Uni) publiés sur notre page généalogie anglophone.


Histoire d'un ancêtre breton du Trégor commun à plusieurs familles australiennes et néo-zélandaises

C'est pendant un voyage dans l'Ile du Sud de la Nouvelle-Zélande à la rencontre de groupes, écoles et cercles de danses écossaises, irlandaises et folk que nous avons fait la connaissance de Stephanie Hobbs.

Un "bal breton" avait été organisé pour notre arrivée par Kate Grace, professeur de danses folkloriques originaire de Bourgogne et vivant à Dunedin. A la vue de nos costumes traditionnels et apprenant nos origines, Stephanie, qui faisait partie des danseurs, nous annonça fièrement avoir un ancêtre breton qui venait de Saint Brieux (!) en Bretagne.

Néo-zélandaise depuis plusieurs générations et n'ayant jamais mis les pieds en Europe, elle commença à nous énumérer le peu d'éléments en sa possession concernant l'histoire de ses trisaïeux Julien Le Gal et Marie Louise Briends qui, après un bref séjour dans l'Ile de Jersey, avaient décidé d'embarquer à Gravesend à bord du navire "Surat" en direction de la Nouvelle-Zélande le 28 septembre 1873 avec leur jeune fils Julien Henri agé de 3 ans...

Au fur et à mesure de la conversation et comme Stephanie semblait très curieuse dès qu'il était question du pays de ses ancêtres au point de rêver de pouvoir y vivre un jour, nous lui avons proposé de faire des recherches gééalogiques sur ce couple.


L'arrivée mouvementée du couple en Nouvelle-Zélande dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 1874 a fait les titres de la presse locale de l'époque puisque le bateau s'est échoué en atteignant les côtes de la région de Dunedin.

Et grâce aux Archives départementales des Côtes d'Armor et aux données du Cercle généalogique 22, nous avons pu vérifier son histoire et commencer à remonter l'arbre généalogique de ses ancêtres bretons sur quelques générations.
Un grand merci à Marie-Thérèse M., Marie Thérèse D, JCLB, Georges, John et Yann des forums CG22 et Généalogie 22 ainsi qu'à toutes les fourmis industrieuses des "Amis du Turnegouet" pour leurs données et leur aide. Le fichier d'ascendance de Julien Henri a été très largement complété grâce à eux.


Il reste maintenant à connaitre l'histoire de la vie de ce couple fondateur d'une descendance fournie et dispersée entre la Nouvelle-Zélande et l'Australie (et peut-être même l'Afrique du Sud si on en croit les dernières recherches effectuées par la famille australienne) car à part des tombes dans les cimetières d'Otago et de Dunedin et quelques mentions dans les fichiers de recensements néo-zélandais, les éléments sont maigres.

Fichier d'ascendance de Julien Henri Le Gal (° St Hélier, Jersey ? + Otago, NZ)

...AU FIL DES PAGES...

L'ODYSSEE DE PORT-BRETON - LE RÊVE OCÉANIEN DU MARQUIS DE RAYS
par DANIEL RAPHALEN

C'est par cette annonce alléchante dans les gazettes qu'en 1877, un breton, Charles du Breil de Rays, lança une entreprise de colonisation dans le Pacifique. En trois ans, depuis son agence installée en Espagne, il expédia quatre navires et plus de six cents colons, hommes, femmes et enfants en Nouvelle-Irlande, une île proche de la Nouvelle-Guinée, en un lieu inhospitalier et sauvage qu'il avait baptisé Port-Breton. Il ne connaissait cet endroit que par les cartes et les récits de quelques navigateurs. Plus de cent cinquante personnes y laissèrent la vie, les rescapés s'installèrent dans les îles, en Nouvelle-Calédonie ou en Australie. Peu revinrent en Europe...S'appuyant sur des documents inédits provenant de France, d'Australie et de Nouvelle-Calédonie, l'auteur relate dans ce livre l'extraordinaire affaire de Port-Breton et nous fait découvrir aussi la personnalité de Charles du Breil de Rays, aventurier hors du commun.


A lire aussi deux documents d'époque :
La vérité sur la colonie de Port Breton
L'Aventure du Port-Breton


Edité chez "LES PORTES DU LARGES" (collection "Bretons à travers le monde")


Quelques publications concernant la généalogie bretonne dans le Pacifique Sud


Depuis plusieurs décennies, de nombreux finistériens ont abordé les rivages de la Nouvelle Calédonie, certains pour s'y installés, d'autres pour n'y demeurer qu'un certain temps. Aussi, le Cercle Généalogique du Finistère porte un grand intérêt au Caillou comme en témoignent par exemple ces deux articles parus en 2012 dans leur bulletin de liaison : "A la recherche de la sépulture de Huon de Kermadec par Charles Merger, membre de l'Association Salomon" et "Le morlaisien Yves Le Scour, premier médecin civil de Nouvelle-Calédonie par Jean François Pellan, président de la fédération française de généalogie.


Paru dans le "Racines 35 n° 110" du Cercle Généalogique d'Ille-et-Vilaine, un article de Véronique de Mortillet-Poirier concernant les originaires du 35 qui ont vécu en Polynésie française. Les notices biographiques sont extraites de l'ouvrage de Patrick O'Reilly "Tahitiens - Répertoire biographique de la Polynésie française" publié par la Société des Océanistes en 1975.


Extrait d'un article de Valérie Le Beguec paru dans le n° 96 (octobre 2012) du bulletin de liaison du Centre Généalogique des Côtes d'Armor



Histoire et généalogie en Nouvelle Calédonie


Bretagne-Calédonie: Base de données Heredis alimentée par Denis Cosquer, membre de l'association des bretons du Havre.

GenNeoCal: forum sur la recherche généalogique en Nouvelle Calédonie, publications diverses, registres d'état-civil en ligne.

Archives de Nouvelle-Calédonie

Musée de la ville de Nouméa

Patrimoine maritime de Nouvelle-Calédonie : site du Musée maritime de Nouméa, des associations Salomon et Fortumes de mer.

Fort Teremba : centre pénitentiaire et administratif de la région d'Ouraï (1871-1919)

Association "Témoignage d'un passé" : présentation du musée du bagne, de la villa musée de Païta et de la Maison Célières

SEH-NC: le site de la Société d'Etudes Historiques de Nouvelle-Calédonie




® Cercle Celtique de Nouméa - BP 13613 Magenta - 98803 Nouméa Cedex - Nouvelle Calédonie
Courriel : info@cercleceltiquenoumea.org - Tél : (687) 43 38 41 / 87 48 41