Cercle Celtique de Nouméa

Bretons au bagne de Nouvelle-Calédonie

A la suite de la fermeture des bagnes portuaires et le constat d’une importante mortalité en Guyane, Napoléon III désigne la Nouvelle-Calédonie comme un nouveau lieu de transportation. Entre 1864 et 1897, 75 convois sont partis de Brest, Toulon ou l’île d’Aix pour une traversée de plusieurs mois, emmenant environ 28 500 hommes et 900 femmes vers l’archipel, pour un voyage souvent sans retour.

L'archipel des forçats

Parmi eux, se trouvaient de nombreux natifs des départements de la Bretagne historique et ce, dès le premier convoi de transportés, formé pourtant à partir de condamnés purgeant leur peine à Toulon, alors dernier bagne métropolitain en activité. 

Ainsi, au moins une vingtaine de transportés bretons embarqués à bord de l’Iphigénie en 1864 ne devaient jamais revoir leur pays comme peuvent en témoigner leurs actes de décès enregistrés en divers lieux de Nouvelle-Calédonie. 

En lisant la remarquable étude de Louis-José Barbançon “L’archipel des forçats”, ouvrage de référence sur le thème du bagne de Nouvelle-Calédonie, on apprend aussi pour l’anecdote, que la femme transportée décédée à l’âge le plus élevé serait Anne Françoise Derrien, native de Brest, à 92 ans en 1937, aux Petites Soeurs des Pauvres, au Faubourg Blanchot. 

On y lit aussi que la dernière femme transportée décédée sur le territoire serait Jeanne Roulleau, native de Malville près de Nantes. Epouse d’un transporté de l’Iphigénie, elle était âgée de 89 ans au moment de son décès à Bourail en 1945 et a laissé derrière elle une nombreuse descendance, contribuant ainsi à la légende qui dit que chaque calédonien aurait au moins un(e) aïeul(e) breton(ne) dans son arbre généalogique…

Destins de familles

Après de longues décennies consacrées à soigneusement taire et occulter cet épisode douloureux mais fondateur de l’histoire récente du territoire, la période actuelle, orientée sur le « devoir de mémoire », encourage la multiplication de sa mise en lumière.

En 2016, le quotidien « Les Nouvelles calédoniennes » a publié durant plusieurs semaines, une série d’articles hebdomadaires consacrée aux familles du territoire ayant un ancêtre dont l’histoire rejoint celle de la colonisation pénale. 

Pour un certain nombre d’entre elles, il n’est pas rare qu’un(e) aïeul(e) d’origine bretonne y figure. Tel est le cas de l’arrière-grand-père finistérien de Gérard Salaün, pendant longtemps organisateur du Tour cycliste de Calédonie, ou du grand-père originaire de la région de Dinan d’Evelyne Henriot, institutrice retraitée et passionnée de généalogie qui nous raconte avec humour la quête de ses origines bretonnes dans cette video de la chaîne Caledonia. Des articles ont aussi été consacrés aux familles Tessier, Morandeau et Genet.

Autres histoires de transportés bretons du bagne en Nouvelle-Calédonie

Mais dans les faits, la majeure partie des transportés à “La Nouvelle” n’ont pas laissé de traces physiques sur le territoire. Aujourd’hui, cependant, certains de leurs descendants font parfois revivre leur mémoire au détour d’une rencontre lors d’une recherche généalogique. Les bulletins de liaison des associations généalogiques de l’Union Généalogique de la Bretagne Historique (UGBH) s’en font parfois l’écho.

Extrait d'un article de Valérie Le Beguec paru dans le n° 96 (octobre 2012) du bulletin de liaison du Centre Généalogique des Côtes d'Armor.
Marc Kermorvant du Cercle Généalogique Sud Bretagne Morbihan nous a très gentiment fait parvenir l'intégralité de son article et nous l'en remercions
Extrait d'un article paru en décembre 2016 sur "Racines 35", le bulletin du Centre Généalogique d'Ille-et-Vilaine .
Instruments de recherche incontournables et autres liens